Saloon selon Nicolas Boivin-Gravel

| Blogue

Le Cirque Éloize est de retour en sol québécois avec sa plus récente création, Saloon. Et c’est à Joliette que le Cirque Éloize entamera sa tournée au Québec! Saloon a déjà été vu par plus de 90 000 spectateurs à travers le monde. Dans une mise en scène d’Emmanuel Guillaume, sous la direction artistique de Jeannot Painchaud et la direction musicale d’Éloi Painchaud, la onzième création originale du Cirque Éloize s’inspire de l’univers du Far West. Ce spectacle met de l’avant douze talentueux acrobates et musiciens sur scène qui éblouiront à coup sûr un public de tous âges. Saloon se veut une comédie acrobatique qui mélange de façon unique musique, danse, cirque et théâtre!

Pour vous dévoiler les dessous de cet œuvre, nous nous sommes entretenus avec Nicolas Boivin-Gravel, le designer acrobatique et entraineur-chef qui, depuis l’obtention de son diplôme de l’École nationale de cirque en 2005 comme artiste de cirque spécialisé en jonglerie, cumule les expériences sur scène avec, entre autres, le Cirque du Soleil,  le Cirque Éloize et Cavalia. Il est aujourd’hui entraineur-chef au Cirque Éloize et multiplie les implications à titre de formateur avec divers organismes. Il est également titulaire d’une Attestation d’études collégiales comme formateur en arts du cirque.

 

1 –Pouvez-vous nous parler du rôle du designer acrobatique et de l’entraineur-chef ? En fait, ce sont deux rôles interreliés. Le travail de designer acrobatique consiste à s’assurer de la conception acrobatique des numéros et que ceux-ci servent le thème du spectacle, de même que la mise en scène. Il faut innover afin que les numéros aient une diversité en ce qui concerne le rythme et les effets ressentis chez le spectateur. Avec le chapeau d’entraineur-chef, il faut s’assurer que les performances rejoignent nos standards élevés de qualité et nos normes de sécurité. Il faut aussi veiller à ce que la charge de travail des acrobates soit adéquate pour être performée sur une longue période.

2 –Vous avez étudié à l’École nationale de cirque en 2005 comme artiste de cirque spécialisé en jonglerie. Qu’est-ce qui vous a mené au métier de designer acrobatique ? Je fais des spectacles de cirque depuis l’âge de 6 ans. Bien que je me sois spécialisé en jonglerie durant mes études à l’École nationale de cirque, j’ai touché à plusieurs disciplines durant mes 25 ans de performances sur scène. J’ai toujours eu un intérêt pour la mise en scène de cirque et la composition des numéros acrobatiques. J’ai d’abord été entraineur de certains numéros lors de la création de Cirkopolis en 2012 et j’ai ensuite participé à la création de nombreux numéros pour des spectacles du Cirque Éloize et d’autres compagnies. J’ai aussi été directeur artistique de ma propre compagnie pendant 5 ans. Dû à mes affinités avec Emmanuel Guillaume (metteur en scène sur Saloon) et à l’expérience acquise à travers plusieurs projets, Jeannot (président et directeur de la création du Cirque Éloize) a décidé, avec Saloon, qu’il était temps de me donner cette responsabilité.

3 –Où trouvez-vous l’inspiration pour la création de vos acrobaties ? Je m’inspire beaucoup des spectacles que je vois, de vidéos YouTube, d’autres formes d’art, d’images, d’objets de scénographie, mais je suis toujours et surtout inspiré des circassiens qui m’entourent et avec qui je travaille sur le terrain. C’est un travail en collaboration absolue avec ceux-ci.

4 –Le spectacle Saloon a nécessité combien d’heures de répétitions ? En ce qui concerne le nombre d’heures, je ne peux répondre, mais ce fut environ 3 mois de répétitions à temps plein, en plus de nombreuses sessions de recherche artistique durant l’année précédente. Comme un spectacle de tournée est en constante évolution, les répétitions continuent et les ajustements artistiques aussi.

5— Quel a été le plus gros défi auquel vous avez fait face avec Saloon ? Saloon n’a que onze artistes et acrobates sur scène. Il fallait innover avec un nombre restreint d’artistes. De plus, question logistique, nous devions faire preuve d’ingéniosité et ainsi éviter les appareils lourds et encombrants.

6-Est-ce que les différentes salles de spectacles demandent régulièrement des ajustements des acrobaties ? Si oui, comment faites-vous pour gérer le tout ? Suivez-vous toujours l’équipe de Saloon autour du globe ? L’équipe du spectacle est des plus aguerries et nous sommes en constante communication avec eux. Je les visite en tournée plusieurs fois par année, mais je ne suis pas à temps plein à l’extérieur. Nous avons 2 autres spectacles sur les routes, ID et Cirkopolis, que je chapeaute également.

7 –Pour satisfaire notre curiosité, avez-vous un personnage de Saloon préféré ? Sincèrement, je les adore tous, mais s’il faut en nommer un, j’irais avec le Cowboy joué par Johan Prytz – un croisement entre un clown et un acrobate. Chaque fois qu’il quitte la scène, nous avons hâte qu’il revienne…

8 –Pour finir, pourriez-vous nous décrire Saloon en quelques mots ?  C’est vraiment un spectacle qui fait du bien à voir et à entendre. De l’acrobatie à couper le souffle, un univers du Far West bien utilisé, des artistes tellement talentueux et de la musique « live » qui vous fera  « swinguer » sur votre chaise.

 

Saloon du Cirque Éloize
Du 11 août au 3 septembre 2017
Salle Rolland-Brunelle

Information et billetterie
450-759-6202
spectaclesjoliette.com